CCLA COVID - MISES A JOUR EN DIRECT

L'ACLC aux provinces et territoires :
Des mesures drastiques doivent être prises dès maintenant pour protéger la population carcérale, les agents pénitentiaires et les communautés au sens large

2 avril 2020.

L'ACLC a écrit aux ministres du gouvernement dans tout le pays pour les inciter à prendre des mesures immédiates concernant les prisons provinciales et territoriales du Canada.

Une approche de santé publique exige que les libérables soient libérés et que la détention soit une mesure de dernier recours. Compte tenu des répercussions prévues de la pandémie et des risques sanitaires liés au maintien des individus derrière les barreaux, une proportion importante de la population carcérale canadienne devrait maintenant être libérée. Toutes les provinces et tous les territoires doivent prendre des mesures immédiates pour réduire considérablement la population actuellement incarcérée et empêcher les personnes nouvellement arrêtées d'entrer dans ces établissements.

Certaines juridictions ont commencé à prendre des mesures décisives. Dans l'ensemble, cependant, notre système de justice pénale continue de fonctionner à contre-courant des objectifs de santé publique.

Les prisons provinciales et territoriales du Canada sont des épicentres de pandémie en attente. La population carcérale est particulièrement vulnérable en raison de la surpopulation et du grand nombre de personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Les conditions dans ces établissements sont généralement mauvaises dans le meilleur des cas ; beaucoup sont surpeuplés et manquent de personnel. Il est difficile, dans des circonstances normales, de fournir des soins de santé adéquats et de contrôler les infections dans les institutions provinciales. Nos établissements pénitentiaires ne sont tout simplement pas équipés pour faire face à l'ampleur de cette crise de santé publique sans des actions immédiates et significatives.

La plupart des personnes incarcérées en Ontario attendent d'être libérées sous caution ou purgent de courtes peines pour des infractions non violentes. Dans le cours normal des choses, la majorité d'entre eux seraient de retour dans la communauté en quelques jours ou semaines. Ne pas agir maintenant risque de transformer un court séjour derrière les barreaux en une condamnation à mort.

Lisez les lettres de l'ACLC et la liste complète des recommandations :

MEDIA : 
Pour tout commentaire complémentaire, veuillez nous contacter à l'adresse suivante media@ccla.org
 

POUR DES MISES À JOUR EN DIRECT : 

Veuillez continuer à faire référence à cette page et à nos plateformes de médias sociaux. Nous sommes sur InstagramFacebooket Twitter