L'acquittement d'un artiste de Montréal est une victoire pour la liberté d'expression

L’ ACLC est encouragée par le verdict d’acquittement de Rémy Couture des accusations de corruption des mœurs qui pesaient contre lui.  Couture avait été accusé en raison de films qu’il avait produits et mis en ligne. L’allégation était que ses films étaient obscènes. La Couronne avait fait valoir que les images affichées étaient nocives et qu’elles encourageaient l’imitation et incitaient à la violence et, en particulier, la violence contre les femmes. Couture a fait valoir qu’il était un artiste, que les images ne représentaient pas de la violence réelle, et que sa liberté d’expression garantie par la Charte canadienne des droits et libertés devait le protéger de sanctions pénales pour son art.

Cet acquittement est une victoire pour la liberté d’expression. Nous avons tous des niveaux différents de tolérance pour les images qui sont inquiétantes ou effrayantes et les téléspectateurs devraient avoir le droit de choisir ce qu’ils veulent regarder. La liberté d’expression a des limites, mais la censure basée sur des réactions hypothétiques peuvent nous conduire sur une route très dangereuse. De plus, ce genre de poursuites gaspille le temps des tribunaux et des ressources limitées et ne sont pas un moyen efficace pour réduire ou prévenir le problème sérieux de la violence contre les femmes.